Mammouth

S'abonner à flux Mammouth
Mis à jour : il y a 6 mois 2 semaines

“La guerre aux drogués ne fonctionne pas”

mar, 07/04/2020 - 16:16
La hausse de la consommation de drogues met en lumière l’inefficacité de la lutte et de la loi bientôt centenaire qui régit l’usage de drogues en Belgique. Discussion sur le sujet avec Sarah Fautré, coordinatrice de l’ASBL Liaison Antiprohibitionniste.

Pierre Dumas ©

En Belgique, c’est la loi 1921 qui régit l’usage de drogues. L’année prochaine cette loi aura 100 ans. Sauf qu’en un siècle la consommation et les usages ont drastiquement changé et il est peu probable qu’une loi centenaire puisse correspondre à la réalité actuelle. L’ASBL Liaison Antiprohibitionniste a lancé une pétition pour abroger cette loi et pour mettre en lumière la déconnexion des pouvoirs publics avec la problématique, ainsi que leur peur de faire de la politique sur les drogues.

Selon l’ASBL, d’autres pays ont dépénalisé et les résultats sont concluants. Le Portugal a réussi à endiguer la terrible crise sanitaire qu’avait causé le SIDA chez les consommateurs d’héroïne. Aux Pays-Bas, le pourcentage de jeunes ayant déjà consommé est bien moindre que dans des pays où l’usage fait l’objet d’une répression comme en Belgique ou en France. Ces expériences montrent, selon Sarah Fauré, que la guerre aux drogués ne fonctionne pas.

La Belgique sera bientôt située entre deux pays ayant dépénalisé : les Pays-Bas depuis 1976 et le Luxembourg qui pourrait devenir le premier pays européen à légaliser, comme l’ont fait le Canada et l’Uruguay.

The post “La guerre aux drogués ne fonctionne pas” appeared first on Mammouth Média.

Confinement : violences conjugales en hausse

mar, 07/04/2020 - 11:58
En cette période particulière de confinement, le nombre de victimes de violences conjugales augmente. Une situation jugée préoccupante par les associations de terrain.

Crédit photo : logo CPVCF

Depuis les mesures de confinement annoncées le 18 mars en Belgique, les associations de lutte contre les violences conjugales tirent la sonnette d’alarme quant à la hausse inquiétante du nombre d’appels de victimes. Comme le souligne Yamina Zaazaa, co-directrice du Centre de Prévention des Violences Conjugales et Familiales (CPVCF), la crise actuelle a tendance à augmenter l’anxiété et la consommation d’alcool, un cocktail qui peut avoir des effets dramatiques dans certains ménages.

Le problème est d’autant plus alarmant qu’il n’y a plus de place dans les maisons d’accueil proposées par le CPVCF. Une situation à laquelle tentent de répondre les pouvoirs publics. En effet, quelques jours après la réalisation de cette interview, un hôtel bruxellois a été exclusivement dédié à l’accueil des femmes victimes de violences. Il s’agit d’une initiative de la Commission communautaire française (COCOF) qui devrait se prolonger jusqu’à la fin du mois de juin.

Le CPVCF maintient sa permanence téléphonique au 02 539 27 44 du lundi au vendredi de 9h30 à 17h30. Il existe également une ligne gratuite d’écoute « violences conjugales » : 0800 30 0 30 24/7. Attention, les lignes d’écoute ne sont pas des lignes d’urgence. En cas de danger, il convient d’appeler le 112.

The post Confinement : violences conjugales en hausse appeared first on Mammouth Média.

Le Donderberg, un poumon vert menacé

lun, 06/04/2020 - 08:30
Parcelle de nature sauvage en pleine ville, le Donderberg pourrait laisser sa place à des logements et une école. La disparition d’un poumon vert pour permettre à des familles de sortir la tête de l’eau.

Photos: Agathe Decleire (CC BY NC ND)

En se promenant dans les rues de Bruxelles, il est difficile de s’imaginer le paysage qu’a découvert Léopold Ier quand il entra dans la capitale du nouvel État belge, en 1830. Les routes inégales ont été remplacées par des boulevards et des tunnels. Les immeubles ont couché les forêts. La nature est devenue proprette dans des parcs avec des belles allées et de temps en temps, un kiosque. 

Le Donderberg résiste néanmoins à cette domestication. Ancienne pépinière royale, cet espace sauvage de 2,6 hectares jouxte le Jardin du Fleuriste et le Domaine royal à Laeken, dans le nord de Bruxelles. Dans ce parc abandonné depuis un demi-siècle, la nature a repris ses droits. Sa traversée est laborieuse à moins d’avoir des bottes. Les riverains qui s’y aventurent croisent parfois des crapauds, des écureuils ou des renards. Entre les ronces et les arbres aux branches basses, une cabane se distingue, refuge probable des enfants du voisinage. Même si on ne perd pas de vue les toits des maisons qui bordent le bocage, l’odeur n’est plus urbaine. Elle est terreuse, crue, verte. Une voisine émerge justement du bosquet, accompagnée de son Golden Retriever et d’un jeune Berger allemand, encore un peu sot : « Quand vous venez ici en été, vous sentez tout de suite la fraîcheur de ce lieu. C’est un havre d’oxygène dans la ville. »

Les maisons ne sont jamais très loin de cet îlot de nature.
Photo: Agathe Decleire

La Ville de Bruxelles prévoit pourtant sa destruction. L’idée a émergé en 2013 et aboutit finalement à la fin de 2019 en un grand projet urbanistique. La commune bruxelloise, s’alliant à la compagnie immobilière Jacques Delens, prévoit d’y construire 49 logements, une école pouvant accueillir 672 élèves, une salle de sport, un local de quartiers, des voiries privées, et un parking souterrain de 119 places, s’accompagnant d’un passage de la rue en double sens. « Hop » (c’est le nom du projet) s’annonce comme un messie. La solution aux problèmes de logement et de manque de places dans les écoles, aux dépends d’un terrain abandonné, de toute façon inaccessible au public.

Les chemins sont à peine visibles, les arbres sont indomptés, compliquant l’accès au Donderberg.
Photo: Agathe Decleire

Ce projet est accueilli par un souffle de contestation citoyenne. Un comité de quartier, Save Donderberg, hurle au saccage de l’espace vert et aux embarras de circulation que ces infrastructures vont causer. « On a besoin d’écoles », réplique le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close dans un article du Soir. Chaque année, des centaines d’enfants n’ont  toujours pas d’établissement à la rentrée scolaire (343 en septembre 2019). Pour le bourgmestre, cette nouvelle école sera bâtie, ce n’est pas négociable. C’est d’ailleurs frappé dans le marbre de l’accord communal.

« Nous ne sommes pas contre la construction d’une école, affirme Serge Malaisse, un membre permanent de l’association Laeken.Brussels qui conteste le projet. « On s’était mobilisé il y a deux ans pour l’érection d’un établissement scolaire sur un autre site juste à côté. Le projet n’avait finalement pas abouti, faute de logement. Mais bâtir sur le terrain du Donderberg n’a pas beaucoup de sens. Nous sommes dans un état d’urgence climatique. Or, détruire cet espace vert aurait des impacts sur la biodiversité qui y est luxuriante. On y croise parfois des renards ».

L’échevin de la Régie foncière, Khalid Zian (PS) ne renonce pas à son projet. La Ville de Bruxelles ouvrira le Donderberg, bâtira sur 40% du terrain et facilitera l’accès à l’espace de verdure à tout le quartier. « Quoi qu’il en soit, nous maintenons notre projet » assure le socialiste dans Le Soir. « Parce que nous sommes confrontés à des urgences sociales et climatiques. » Nous avons demandé à Monsieur Zian en quoi le projet « Hop » aidera à répondre à ces urgences climatiques, mais nous n’avons pas reçu plus éclaircissements.

Dans la liste des urgences sociales par contre, la crise du logement arrive en tête. Selon le Rassemblement bruxellois pour le Droit à l’Habitat, 44.000 ménages attendent un logement social à Bruxelles. Un chiffre qui a doublé en quinze ans. « Nous ne nions pas qu’il y a une crise du logement » , souligne Serge Malaisse. « Mais bétonner des espaces verts pour en construire, c’est une méthode à l’ancienne. De nos jours, il faut densifier ce qui existe, rajouter des étages là où c’est possible, rénover les espaces vides,… Il y a dans Bruxelles, la superficie d’un vingtième commune. Il faut commencer par valoriser ces espaces avant de détruire des endroits comme le Donderberg ». 

Un couple flamand qui a l’habitude de venir se promener dans ce poumon vert ajoute : « Ce ne seront pas des logements sociaux. Dans une localité pareille ? C’est de l’immobilier ». Il est vrai que le quartier du Donderberg est assez aisé. Les façades des maisons sont belles, les rues sont propres et une école européenne, dont les frais d’inscription sont à 5.000 € l’année, se situe à deux pas des lieux. Nous avons demandé aux élus si les logements prévus seraient des logements sociaux, mais ils ont là encore éludé la question. 

Avant que l’arrêt de mort du Donderberg ne soit signé, Bruxelles Environnement, sous autorité de la Région bruxelloise, doit délivrer un avis et un permis d’environnement. Néanmoins, le terrain appartient à la commune et la Région ne peut l’empêcher de bâtir tant qu’elle respecte les réglementations. La section des Espaces verts de Bruxelles Environnement a néanmoins défendu auprès de son ministre Alain Maron (Ecolo) la protection du bosquet, invoquant son potentiel naturel et sa biodiversité. Le ministre aura peut-être été sensible à leur requête car d’après son attaché de presse, « le projet a été recalibré pour limiter les gabarits d’origine », a-t-il stipulé sans donner plus d’informations.

Deux semaines plus tard, l’avis de la Commission de consultation de la Ville de Bruxelles tombe. Cet organe consultatif chargé d’entendre les citoyennes et les citoyens lors de l’enquête publique donne un avis favorable à l’attribution d’un permis, mais avec des restrictions. La plus importante d’entre elles est la suppression de tous les logements et du parking souterrain. Seule la construction de l’école est autorisée et elle-même doit prévoir un véritable plan pour préserver un maximum d’arbres. L’avis a été transmis à la Région qui aura le dernier mot. Peut-être une nouvelle inspiration pour le Donderberg.

The post Le Donderberg, un poumon vert menacé appeared first on Mammouth Média.

La fête, sans amphètes… ou presque

dim, 05/04/2020 - 10:00
Manu et Tom ont consommé pendant trois ans de la MDMA, de l’ecstasy ou de la cocaïne. Avant de tout arrêter. Ou presque. Témoignage.

Jonas X (Nom d’emprunt) CC BY NC ND

Faire la fête deux, trois jours de suite, sans voir le temps passer, sans se souvenir, est-ce que c’est vraiment faire la fête ?

Je suis allée à la rencontre de Manu et Tom. Potes depuis neuf ans, ils ont « fait la fête » comme ça pendant trois ans. Ce qui leur plaisait, c’était cette impression d’avoir les sens décuplés, d’aimer tout le monde, et puis cette énergie incroyable. Quasi tous les week-end, ecstasy, MDMA en cristaux ou même coke les accompagnaient dans leur sorties. « C’est un peu comme prendre un train à grand-vitesse de ta soirée » explique Tom, « même si après, tes souvenirs, c’est plutôt des flashs. Tu n’as plus que les photos au lieu de la vidéo ». « La soirée la plus banale se transforme en soirée extra, même si c’est complètement artificiel », ajoute Manu.

Je n’avais pas l’impression de marcher, mais de me déplacer au sein de mon aura personnelle, une aura mystique. Comme si j’étais morte, et que je traversais le paradis.

Irvine Welsh , Ecstasy, trois contes d’amour chimiques

Et puis un jour, un déclic. Cette impression d’en avoir fait le tour… Les descentes aussi, pas toujours faciles à gérer. Et ils ont arrêté. Ou quasi-arrêté. En tout cas ils sont redevenus maîtres de leurs soirées et contrôlent leur envie de s’échapper, même si ce n’est pas toujours évident.

Un podcast réalisé par Anne-Isabelle Justens / Musique : Synthwave Vibe par Meydän

L’ecstasy fait payer très cher ses quelques minutes de joie chimique. Il donne accès à un monde meilleur, une société où tout le monde se tiendrait par la main, où l’on ne serait plus seul (…). Il vous laisse entrevoir tout ça, et puis tout d’un coup, sans prévenir, vous claque la porte au nez.

Frédéric Beigbeder, Nouvelles sous ecstasy

The post La fête, sans amphètes… ou presque appeared first on Mammouth Média.

Horecocaïne

sam, 04/04/2020 - 10:00
Simon (nom d’emprunt) est barman à Bruxelles. En plus des bières sur le comptoir, il sert des lattes en sous-main. “La cocaïne, c’est dans tous les milieux. C’est juste que dans l’Horeca, c’est exacerbé et plus facile d’accès”

Dessin : Flavia Parone (CC BY NC ND)

L’Horeca, ce sont des horaires décalés, des coups de feu et des coups de gueule en cuisine, un service à maintenir impeccable, même face à une clientèle éméchée. Alors pour tenir le coup jusque tard dans la nuit, certains saupoudrent des rails immaculés.

Pour découvrir les coulisses cocaïnées de l’Horeca, je vous emmène à la rencontre de Simon (nom d’emprunt), jeune barman bruxellois. Son témoignage est sombre. Il reflète les travers d’un milieu où les apparences comptent. Les équipes sont le visage de l’établissement. Et certains patrons ferment les yeux sur la consommation de celles-ci, pourvu qu’elles brillent.

Si tu travailles dans un bar tranquille ou un restaurant de famille, tu ne vas pas être influencé de la même manière pour faire la fête. Mais si tu travailles dans un bar où tu sers 4000 bières dans la soirée, où tes amis viennent, où tu commences à connaître les clients… C’est plus difficile de faire la part des choses.

Simon (nom d’emprunt), barman bruxellois Dessin : Flavia Parone (CC BY NC ND)
Musique : Landing on a dark planet- Doug Maxwell
Ether Oar- The Whole Other

The post Horecocaïne appeared first on Mammouth Média.

Academic Letter Sample

jeu, 13/02/2020 - 11:50
Academic Letter Sample Alumnae will see in the newest rubric composition hours. Composing and understood, or alternative types of. Sometimes you might trust Writing documents is only like you need to do it. Documents must incorporate the composition competition. Make sure that your article is really well written. Writing a […]

To Be Considered A Fearless Leader

jeu, 13/02/2020 - 09:14
To Be Considered A Fearless Leader Essay composing does not actually have to be tough. There ought to be an appropriate thesis which has to be performed for a writing a customized essay. There are particular points you must consider when composing argumentative essays. Your writing should to be enlightening […]

How to Make a Science Fair Research Paper

mer, 12/02/2020 - 18:09
How to Make a Science Fair Research Paper There are lots of approaches to structure your essay. The 1st suggestion take into consideration when learning how to compose essays is that you would like to have the ability to consider the total duty from the viewpoint of someone that can […]

Characteristics Of Efficient Education Teachers

mer, 12/02/2020 - 13:30
Characteristics Of Efficient Education Teachers Education ought to be taken seriously. It enables each individual to gain power and create chances. Beyond the financial consequences, it is a matter of basic human dignity. When it isn’t embraced by the masses and permitted to flourish without hindrance, we’ll fail to accommodate. […]

The Way to Enhance Your Essay Writing

mer, 22/01/2020 - 13:15
If you wish to strengthen your essay writing, then the very first thing which you have to do is to evaluate your essay topic and then select the most pressing essays. This wayyou will find that there writing papers are a few topics that are very pressing and you’ll be […]