Mammouth

Subscribe to Mammouth feed
Updated: 37 min 8 sec ago

Vivre pour l’autre

Fri, 12/07/2024 - 08:37
Aidants-proches : un choix ou une obligation ?

Vivre pour l’autre (CC BY ND)

Un aidant est une personne qui apporte de l’aide de façon récurrente à un proche. Il peut s’agir d’un ami, d’un voisin ou d’un membre de la famille en manque d’autonomie. Avec le documentaire « Vivre pour l’autre », nous plongeons dans le quotidien de quatre aidants-proches, sous le regard d’une psychologue.

Entre les difficultés et le manque de reconnaissance, le rôle des aidants-proches est parfois lourd à porter. Invisibilisés, peu et mal-informés, beaucoup d’entre-eux ne savent même pas qu’ils sont aidants. Pourtant, leur fonction n’est pas anodine, et même essentielle au système médico-social actuel. Les aidants-proches sont en effet plus d’un million en Belgique et font économiser plus 12,5 milliards d’euros à la sécurité sociale. Avec l’espérance de vie qui s’allonge, ils seront encore plus nombreux à l’avenir. A quand une véritable reconnaissance ?

« Vivre pour l’autre » a été diffusé le 10 avril 2024 dans l’émission #Investigation sur la RTBF. Il est également possible de le revoir via la plateforme Auvio.

The post Vivre pour l’autre appeared first on Mammouth Média.

Guerre d’exil

Wed, 10/07/2024 - 15:26
Quand le conflit turco-kurde s’exporte en Belgique

Illustration Lucie Dupont

La transnationalisation de conflit, concept théorisé par le professeur français, Olivier Grojean est le point de départ de « Guerre d’exil ». Ce podcast est né de l’envie de comprendre comment un conflit peut avoir un impact sur des communautés expatriées, au départ du cas des Turcs et des Kurdes de Belgique.

A travers ce projet, nous avons tenté de créer ou de recréer un dialogue, aujourd’hui presque inexistant, entre les communautés turque et kurde en Belgique francophone. Nous sommes partis à la rencontre de trois familles turques et trois familles kurdes aux quatre coins de la Belgique francophone pour comprendre comment un conflit a pu s’exporter à plus de 3000 kilomètres de la Turquie. Notre podcast met en lumière les tensions qui opposent les deux communautés, mais aussi ce qui les rassemble.

Guerre d’Exil est un podcast réalisé par Chloé Baudru, Léa Degay et Noa Schumann

Remerciements

Merci à Ara, Emine, Mimi, Nevine, Omer, Osmane, Pervine, Rabia, Selim, Salma et Zeria. Pour garantir l’anonymat de nos sources, ces noms ont été empruntés.

Guerre d’exil est un documentaire radiophonique réalisé dans le cadre d’un mémoire médiatique, présenté en deuxième année de master en presse et information à l’IHECS. Pour découvrir les coulisses du projet, c’est par ici.

Guerre d’exil est une œuvre originale non libre de droit, toute reproduction sans le consentement de ses titulaires est susceptible d’être qualifiée de contrefaçon.

The post Guerre d’exil appeared first on Mammouth Média.

À reprendre ou à laisser

Sat, 06/07/2024 - 09:44
Face à un métier éreintant, faut-il rester à la ferme ou s’imaginer un destin loin des champs ?


Lucie Pelé (CC BY NC ND)

Depuis plusieurs années, la moyenne d’âge des agriculteurs et des agricultrices belges augmente, atteignant aujourd’hui les plus de 58 ans (Statbel). Ce nombre inquiète non seulement celles et ceux d’entre eux qui sont proches de la pension, mais aussi leurs enfants, qui s’imaginent parfois un destin loin des champs. En cause : un métier aux conditions toujours plus solitaires, précaires et éreintantes.

Face à cette situation, une question se pose du côté des enfants, qui observent chez leurs parents le poids des années de travail pour des fruits qu’ils pourront à peine récolter: “pourquoi finalement rester à la ferme ?

Et, “est-ce bien raisonnable de transmettre à ses enfants son exploitation ?”, du côté des parents, qui imaginent les dettes, la charge du travail ou les potentiels accidents qui accompagneront cette reprise. 

Au milieu de cet entrelacs familial, débarquent dans les fermes de nouveaux profils : les hors cadres familiaux (HCF). Ceux-ci n’ont pas le même accès à la terre que les enfants d’agriculteurs. Mais si les HCF ne partent pas avec les mêmes clés en mains, ils font face aux mêmes obstacles : des terres hors de prix sous l’accaparement des firmes, des sociétés de gestion ou des grandes exploitations.

Au sein des transmissions agricoles, ce sont non seulement des enjeux humains et familiaux qui se décident, mais aussi des questions politiques, économiques, et écologiques. C’est également l’avenir de la sécurité alimentaire qui se joue. 

Pour rendre compte de l’importance et des difficultés de la reprise ou de l’installation, nous nous sommes rendus dans différentes fermes belges, à la rencontre de celles et ceux qui vivent de l’agriculture aujourd’hui, aussi passionné·es que dépassé·es.

The post À reprendre ou à laisser appeared first on Mammouth Média.

L’empire des gîtes

Sat, 06/07/2024 - 09:21
À Xhoffraix, l’afflux de touristes ne plaît pas à tout le monde

Photos : Camille Remacle (CC BY NC SA)

La Wallonie est une terre d’accueil privilégiée pour les gîtes, ce ne sont pas les Lodomez qui vous diront le contraire. Dans leur village natal d’Xhoffraix, cette famille est à la tête d’une trentaine d’hébergements. Entre une économie qui tourne et les nuisances occasionnées, comment les habitants cohabitent-ils avec ce véritable empire touristique ?

Article co-publié avec Le Soir

Vendredi matin, c’est le jour des arrivées dans les gîtes de la famille Lodomez à Xhoffraix. Julie Lodomez hisse dans son coffre d’énormes sacs IKEA remplis de draps propres. Le gîte le plus proche nes se trouve qu’à une centaine de mètres du bureau d’accueil, mais les sacs sont lourds et encombrants. Impossible d’y aller à pied. Après avoir chargé les sac bleus et jaunes dans le coffre et s’être assurée qu’il restait assez de flyers dans la portière, Julie démarre son bolide. C’est parti pour mini road trip dans les rues du village.

Premier arrêt, le gîte “Le Héron”, où deux ouvrières nettoient les vitres. Julie les salue et papote avec elles. À l’intérieur, la décoration est soignée, mais Julie remet le mobilier en place. “On a commencé à travailler avec une agence d’intérim pour le nettoyage,” commente-t-elle en bougeant un siège. “Ils travaillent bien, mais ils ne remettent pas toujours les choses au bon endroit”.

Après avoir disposé les flyers sur la table basse, Julie jette un dernier regard. Tout est fin prêt pour accueillir les clients. Elle sort en replaçant les clés dans le boîtier mural installé depuis le covid. “Les gens préfèrent, ils peuvent arriver quand ils veulent.”

Juste en face du Héron, de l’autre côté de la rue, trône le Grand Cerf. Avec 25 places, ce gîte est légèrement plus petit que le Héron. Les lampes en pattes de chevreuil y côtoient les peintures de la fagne et les photos du château de Reinhardstein. “Celui-ci, on l’a rénové il n’y a pas longtemps… Par contre la déco, c’est mon grand-père. Il aime bien ce genre de truc, moi je ne suis pas trop fan.” Le Grand-père de Julie, c’est Freddy Lodomez. Il n’est pas un excellent décorateur d’intérieur mais c’est un brillant entrepreneur. Lodomez Construction ? C’est lui. La rénovation de l’imposant Chateau d’Urspelt au coeur du Luxembourg ? C’est encore lui. Le succès des gîtes Lodomez ? C’est toujours l’œuvre de Freddy. Mais ses succès, Freddy ne les a pas construit tout seul. Chez les Lodomez, on aime travailler en famille.

Xhoffraix, 2024, Julie lors de son inspection matinale, Une affaire de famille

Dans la région, Freddy et son frère Léon ont été des précurseurs dans la construction de gîte. En 1974, ils étaient les premiers à rénover des maisons pour les transformer en gîtes. Amoureux de leur régions, ils avaient flairé le potentiel touristique de l’Est de la Belgique. Et ils avaient vu juste : En 2022, 186 000 nuitées touristiques ont été enregistrées rien que sur la commune de Malmedy. Un succès qui profite à la famille : en 2024, les “Maisons de vacances et chalets Haute-Fagne famille Lodomez”, ce sont 615 lits répartis dans 30 gîtes, dont 26 se situent dans les villages de Mont et Xhoffraix. 615 lits… Ces chiffres impressionnent d’autant plus lorsque l’on sait que le village de Xhoffraix ne compte que 700 habitants ! La seule rue du Raideu accueille dix gîtes de moyenne et grande capacité, reconnaissables à leur pancartes vertes pomme plantées face à la route. L’une des seules maisons dépourvue de pancarte dans cette rue, c’est celle de John. 

John n’est pas seulement le fils de Freddy et le père de Julie, c’est aussi lui qui a repris l’affaire familiale. Depuis deux ans, il a été rejoint par sa fille, diplômée de gestion hôtelière. En refermant la porte du Grand Cerf, Julie se confie sur son parcours. “A la fin de mes études, j’ai fait un stage Au Manoir des Lébioles. [un hôtel-château ultra luxueux niché sur les hauteurs de Spa] C’est vraiment un autre monde que les gîtes. Ici, les gens viennent avec leurs chiens, ils randonnent… C’est plus ‘à la bonne franquette’, tandis que là-bas, j’ai déjà dû accueillir des clients qui se posaient en hélicoptère. C’est vraiment un autre délire.” 

Un peu plus loin, “La Triental” se dresse devant nous. “Ca c’est un des gîtes de mon tonton”, commente Julie en tirant un énorme sac bleu. « On s’en occupe à sa place et on prend un pourcentage.”

Nuisances et gîtes de grande capacité Xhoffraix, 2024, Beaucoup de gîtes offrent une vue à couper le souffle.

Au fond de la rue, à proximité de la maison de John, se trouvent  “Les Lonneux”. Plus moderne que les précédents, ce gîte impressionne par sa taille et ses énormes baies vitrée offre une vue époustouflante sur la vallée de la Warche.

Julie poursuit son inspection, des draps plein les mains. “Ce gîte pouvait accueillir jusqu’à 38 personnes. Depuis cette année, on a diminué le nombre à 27, parce que ma tante qui habite juste à côté, se plaignait du bruit. Alors on a remplacé une chambre par un home-cinéma.”

Habiter à côté d’un gîte, ça peut être compliqué, mais quand c’est un hébergement de grande capacité, ça peut carrément devenir invivable. José Michel, habitant du village de Mont, en sait quelque chose. Depuis 2007, un gîte de 25 personnes s’est installé dans la maison adjacente à la sienne, rachetée par un promoteur flamand. Pour lui, à part de la nuisance, les gîtes n’apportent rien aux villages dans lesquels ils se trouvent. « Il ne me viendrait pas à l’esprit d’installer un gîte au milieu d’un village… Les propriétaires viennent de la ville, ils ne se présentent même pas aux voisins. Ils s’en foutent des réalités du village. » Épuisé, José subit les fêtes intempestives qui peuvent durer jusqu’à la levée du jour. Depuis deux ans, c’est un nouveau propriétaire qui a repris le gîte et José l’a prévenu, il ne fera plus de concession. « C’est un Anversois. Celui-là au moins il s’est présenté. »

Le décalage entre les propriétaires et les habitants du village est une problématique connue des communes, qui commencent à serrer la vis. À Malmedy, les propriétaires sont obligés d’habiter à moins de 500 mètres de leur bien en location. Lorsque ce n’est pas possible, ils doivent désigner une personne de référence. Pour John Lodomez, cette obligation est évidente. « J’habite entouré de plusieurs gîtes, donc je subis parfois les nuisances. Lorsqu’il y a un souci, on peut être sur place en un rien de temps. Ce qui pose vraiment problème, c’est quand les propriétaires habitent loin. »

Un avis partagé par Liane Noël, habitante de Mont et voisine de José. « La personne de référence pour le gîte à côté de chez José, c’est une dame seule. Le jour où c’est une bande de gars qui font la fête, ce n’est pas elle qui ira les trouver. »

« Depuis que je travaille pour les gîtes, j’ai mis pas mal de choses en place pour éviter les nuisances, dit Julie en remontant dans sa voiture, j’ai placardé l’ordonnance de la police, mis des panneaux qui rappellent que le retour au calme est obligatoire après 22 h, j’affiche le règlement sur le tableau en liège et le renvoie par mail aux clients ». Julie ne rigole pas avec le calme, si elle est appelée pendant la nuit, les clients devront s’acquitter d’une facture de 300 €.

Xhoffraix, 2024, Le village n’est desservi que par une ligne de bus, la ligne 397. Les gîtes, facteurs de cohésion sociale ? Xhoffraix, 2024, « Les clients aiment la déco un peu rustique »

À côté de l’ordonnance de police et du règlement d’ordre intérieur punaisés sur ces fameux panneaux, un flyer beige et orange attire l’attention. Il s’agit d’un fascicule pour le restaurant du village « Chez Rémy ». Murielle Lejoly, la tenancière de la taverne, en est convaincue, les gîtes sont nécessaires pour l’économie du village : « 50 % de ma clientèle provient des gîtes. Sans eux, je pourrais fermer boutique. »

Pendant la semaine, c’est plutôt calme au restaurant, mais dès que le week-end arrive, la course commence. Mayrine, la fille de Murielle, s’active derrière les fourneaux tandis que sa mère jongle entre les commandes, le bar, le service… Le tout en français, néerlandais, anglais et allemand. Outre les touristes, le restaurant a aussi sa clientèle d’habitués. « Avoir autant de touristes permet d’avoir un lieu où les gens du village peuvent se réunir, passer du bon temps, confie Murielle en débarrassant une table, par exemple, j’ai un client qui a perdu sa femme et qui vient manger ici deux à trois fois par semaine. Il aime bien venir pour sortir de chez lui, rencontrer des gens. »

« 50 % de ma clientèle provient des gîtes. Sans eux, je pourrais fermer boutique. » – Murielle Lejoly, tenancière de « Chez Rémy »

« Chez Rémy », ce n’est pas seulement un restaurant-bar-taverne-lieu de rencontre pour les villageois, c’est aussi une mini-supérette. À côté de la caisse enregistreuse, les étagères supportent le poids des packs d’eau, des produits ménagers et des chiques acidulées. Les prix y sont affichés avec des petites étiquettes écrites à la main. « Le petit magasin, il dépanne tout le monde. Ça évite aux gens de devoir courir à Malmedy juste pour racheter des sacs-poubelles. » Murielle et Mayrine tiennent vraiment à garder ce petit coin épicerie, même s’il n’est pas très rentable. « Quand on est dans le rush en salle et qu’en plus on doit aller encaisser pour le petit magasin, c’est un peu compliqué. » Parmi les clients les plus fidèles de la petite supérette, il y a les pensionnaires du Tchession, une structure résidentielle pour les adultes atteints de handicap. À côté de la caisse enregistreuse sur laquelle Murielle pianote avec son index, on retrouve les fameux flyers du restaurant. « J’ai dû refaire mon stock. Les propriétaires de gîtes viennent souvent m’en prendre pour les mettre dans leurs locations. »

José n’est pas convaincu des bénéfices économiques engendrés par les touristes qui affluent en masse chaque week-end. « Je vois toujours les Hollandais débarquer avec des frigobox remplis… À part pour le pain, ils ne consomment rien chez nous ! » À force de subir des nuisances nuit et jour, José en vient à détester les touristes. Liane, de son côté est plus mesurée. « Il faut comprendre José, lui il a vraiment le nez dessus. J’ai travaillé dans le tourisme et je fais l’accueil d’un gîte situé un peu plus haut. Je n’ai rien contre les Hollandais et les Flamands. Et puis on a tellement une belle région, je comprends ceux qui veulent passer du temps ici ».

Xhoffraix, 2024, Pendant la semaine c’est plutôt calme dans le village, c’est pendant le week-end que se remplissent les gîtes. La jeunesse de Xhoffraix Xhoffraix, 2024,  » Ici c’est à la bonne franquette. Les clients font leurs lits eux-même. »

Liane déroule une petite affiche « Non aux nouveaux gîtes aux cœurs de nos villages ». On y voit un cœur rouge avec des silhouettes noires de bâtiments de village. « C’est moi qui l’ai dessinée, dit Liane avec un sourire, on reconnaît le clocher de l’église de Xhoffraix, mais cette affiche peut fonctionner dans tous les villages. On a lancé ça il y a quelques années avec José, quand deux maisons ont été rachetées à Mont pour y faire des gros gîtes ultra luxueux. On se demandait quand ça allait s’arrêter. » Liane confie que certains de ses amis, qui sont propriétaires de gîtes, n’ont pas bien pris cette démarche. « Ils ne comprenaient pas, ils me disaient ‘tu es folle ?’. Mais on a rien contre les gîtes qui sont déjà là, ce qu’on ne veut pas, ce sont les nouveaux gîtes. On trouve qu’il en a déjà bien assez. »

Liane déplore la pression immobilière toujours plus forte qui pèse sur les deux villages. « C’est tellement compliqué de devenir propriétaire pour les jeunes maintenant. Mon filleul, par exemple, il aimerait bien s’installer à Mont, mais c’est impossible. Quand on voit le prix des terrains, c’est hallucinant. Plus bas dans le village, il y a un terrain à vendre. Il coûte 80 000 € alors qu’il est en pente et coincé entre deux chemins. »

« On a rien contre les gîtes qui sont déjà là, ce qu’on ne veut pas, ce sont les nouveaux gîtes. On trouve qu’il en a déjà bien assez.» – Liane Noël, habitante de Mont

Depuis le 30 janvier 2023, la Région Wallonne impose la délivrance d’un permis d’urbanisme avant la transformation d’une habitation en logement touristique. Une façon de donner plus de pouvoir aux communes afin d’enrayer la désertification de leurs villages. Selon l’échevin du tourisme de la commune de Malmedy, André Hubert Denis, les gîtes participent à l’économie de son entité, mais ils ne doivent pas être un frein pour les jeunes qui souhaitent s’y installer.

Les jeunes ont peut-être du mal à s’installer dans leur village, mais ils ne sont pas moins présents pour autant. La Jeunesse de Xhoffraix est l’une des plus active de la région. D’ailleurs Julie en fait partie. « Cette année, on a accueilli 10 nouveaux jeunes”, raconte Julie en reprenant la route vers le bureau. “Ici, on a encore réunion ce soir pour préparer le prochain bal. » 

Parce que Xhoffraix, ce n’est pas qu’un joli village rempli de gîtes et d’affiches en tout genre. Xhoffraix, c’est la musique de la nuit de mai jouée par le Brass Band qui résonne dans les rues et les lendemains compliqués après avoir dansé toute la soirée dans les bals de la jeunesse. Encore du bruit, mais cette fois tout le monde est convié à la fête.

The post L’empire des gîtes appeared first on Mammouth Média.

La Ligue des champions fait peau neuve : comment ça marche ?

Fri, 28/06/2024 - 11:30
L’UEFA change le format de toutes ses compétitions européennes de football dès la saison prochaine. On vous explique.

Photo : Tembela Bohle – Pexels

Le football européen est en constante évolution. L’UEFA cherche toujours un moyen de rendre ses compétitions plus attractives, et cela passe aujourd’hui par un nouveau changement de format, avec plus de matchs. La Ligue des Champions actuelle se compose d’une phase de groupe disputée par 32 équipes, réparties en 8 groupes de quatre. Les deux premiers de chacun de ces groupes sont qualifiés pour les huitièmes de finale. Lors de la saison 2024-2025, les formats des trois compétitions européennes vont drastiquement changer.

Concrètement, qu’est-ce qui change ?

Les trois compétitions européennes se joueront sous forme de championnats, composés de 36 équipes chacun. Chaque équipe de Champions League et d’Europa League jouera huit matchs, contre huit adversaires différents. En Conference League, chaque équipe jouera six matchs, contre six équipes différentes. Ces matchs seront déterminés selon 4 “pots” d’équipes : les meilleures (suivant le classement UEFA) étant dans le pot 1, les suivantes dans le pot 2, etc. En Champions League, n’importe quelle équipe affrontera 2 équipes de chaque pot afin d’équilibrer les rencontres. Les résultats de ces rencontres détermineront les classements dans chaque championnat, appelé ligue. Une victoire compte pour 3 points, un match nul pour 1 point, et une défaite pour 0 point.

Les huit premières équipes de chaque ligue se qualifieront directement pour les huitièmes de finale. Les équipes classées entre la 9ème et la 24ème place participeront quant à elles à un match de barrage aller-retour pour pouvoir accéder aux huitièmes de finale. Les équipes qui finiront de la 25ème place à la 36ème place seront éliminées de la compétition.

Un exemple de tableau de Ligue des Champions 2024-2025 :

Le format des phases finales n’a pas changé: les huitièmes, les quarts et les demi-finales se joueront sur un match aller-retour. La finale, enfin, garde son format d’un match unique dans un stade choisi par l’UEFA.

La Ligue des champions : des changements incessants

Pour les spectateurs les plus jeunes, cette nouvelle réforme de la Ligue des Champions peut sembler être un changement sans précédent dans l’histoire du football moderne. Mais depuis sa création en 1955, la compétition, appelée à l’époque “Coupe des clubs européens champions”, a fréquemment changé de format.

Initialement, elle ne regroupait que 16 équipes différentes dont les 7 vainqueurs des plus grands championnats européens. Les équipes s’affrontaient immédiatement en huitièmes de finale. 

Lors de l’édition 1963-1964, le nombre de participants double et le tournoi démarre alors en 16èmes de finale. Ce format est, historiquement, celui qui durera le plus longtemps, avec quelques adaptations. La règle des buts à l’extérieur naît en 1965 (elle ne disparaîtra qu’en 2021). Cette règle qualifiait l’équipe qui avait marqué le plus de buts sur le terrain adverse si les deux équipes se retrouvaient à égalité au terme des deux matchs.

Pour sa dernière année sous son ancien nom, lors de l’édition 1991-1992 la compétition change de format : les deux premiers tours restent inchangés, mais les quarts et les demi-finales sont remplacées par une phase de poules. Les huit dernières équipes encore en lice étaient réparties dans deux groupes, dont les vainqueurs s’affrontaient en finale.

En 1992, c’est le début officiel de la Ligue des Champions, sous le nom qu’elle garde encore aujourd’hui. Si le dernier format mis en place ne dure qu’une année de plus, il est le précurseur de ce qui aura caractérisé les compétitions européennes jusqu’en 2024 : les phases de poules.

En 1993, le format varie légèrement. La phase de poules remplace uniquement les quarts de finale. Les deux premiers de chaque poule filent alors en demi-finale. Mais ce changement ne convainc pas, conduisant à la mise en place de la Coupe de l’UEFA. Il est remplacé l’année suivante par une compétition regroupant uniquement 16 équipes. Quatre poules de quatre équipes envoient les deux premiers de chacune d’entre elle en quarts de finale.

En 1997, deux poules sont rajoutées et seuls sont qualifiés en quarts de finale les vainqueurs de poule ainsi que les deux meilleures équipes ayant terminé à la seconde place du groupe.

Deux ans plus tard, la compétition reprend un rythme à 32 équipes. Huit poules de quatre équipes se disputent une première phase. Les 16 meilleures disputent ensuite une seconde phase de poule et les deux premiers passent en quart de finale.

En 2003, la compétition prend la forme qu’on lui connaît actuellement, avec une seule phase de poules suivie d’une phase à élimination directe. Plus de 20 ans après, l’UEFA estime qu’il est à nouveau temps de changer de format, au grand dam des fans, qui ont exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

A qui profite ce nouveau format ?

Plus de places, plus de matchs, plus de rentrées financières : pour l’UEFA cela semble évident que les clubs seront gagnants. Les nouvelles places supplémentaires seront décernées selon le mérite sportif, a précisé l’organisation lors de la présentation du format.

Cependant, pas de place supplémentaire pour la Belgique, l’Autriche ou encore le Danemark. Les tickets gagnants reviendront aux grands championnats. L’Italie et l’Allemagne, les deux meilleurs championnats au coefficient UEFA en 2024, pourront donc envoyer une 5ème équipe en Ligue des Champions, là où les petits pays se contenteront encore d’un seul représentant. 

Les équipes des plus petits pays auront certes plus de place en Europa League et en Conference League, mais cela renforce encore l’entre-soi des grands clubs dans la compétition reine. Les joueurs devront également jouer quelques matchs de plus, à ajouter à un calendrier déjà très chargé.

The post La Ligue des champions fait peau neuve : comment ça marche ? appeared first on Mammouth Média.

Violences migratoires : Léa, survivante, témoigne

Wed, 19/06/2024 - 12:05
Léa* rêvait d’une vie meilleure en Europe. Mais son parcours migratoire a tourné au cauchemar et à l’exploitation sexuelle. Entre les silences, elle témoigne, gorge nouée, d’une réalité vécue par des milliers de femmes oubliées.

Illustration : @zeuss_rbs

Avant de quitter son pays, Léa (un prénom d’emprunt) travaillait dans un call center au Cameroun et, à côté, elle vendait des babouches. Il y a plus d’un an, une amie, qui avait réussi à rejoindre l’Italie, lui transmet le numéro du passeur qui l’a aidée à quitter le pays par des voies irrégulières. C’est là que tout commence. Sur la foi de ce simple contact, elle abandonne tout pour rejoindre l’Europe, qui, pour elle, résonne avec l’espoir d’une vie meilleure.

Son parcours migratoire l’amène à traverser le désert du Sahara, une zone de non-droit où elle est témoin de scènes atroces. Elle passe plusieurs mois en Algérie dans des conditions précaires, exploitée par des réseaux de nettoyage afin de réunir de l’argent et continuer sa traversée. Une fois arrivée en Italie, elle est emmenée à son insu dans un réseau d’exploitation sexuelle par une organisation internationale.

Le récit migratoire de Léa a une dimension singulière, tout en étant pluriel. Les réseaux d’exploitation sexuelle profitent de la vulnérabilité des personnes migrantes, qui vivent l’horreur en Europe, loin du rêve qu’elles avaient imaginé.

Le rapport d’évaluation de l’Italie du Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA), publié en février 2024, révèle que la majorité des personnes détectées comme victimes potentielles de la traite des êtres humains sont dans 80 % des cas, des femmes. L’exploitation sexuelle en est la forme la plus répandue, devant l’exploitation par le travail. Durant leur parcours migratoire, les femmes et les autres minorités de genre sont plus exposées à des violences systémiques.

Léa, que nous avons rencontrée à Bruxelles, témoigne de cette partie de son parcours, une réalité souvent ignorée.

The post Violences migratoires : Léa, survivante, témoigne appeared first on Mammouth Média.

« J’ai peur d’oublier la voix de ma grand-mère »

Fri, 14/06/2024 - 11:43
N’avez-vous jamais eu peur d’oublier la voix d’un proche disparu?

Crédits photos : Jarmoluk

Vous souvenez-vous de la voix de vos proches? Ceux qui sont partis ? Un parent ? Un grand-parent ?

Je ne parviens plus à me souvenir de la voix de ma grand-mère. Quand je pense à elle, c’est le black-out complet.

Mais comment cela se fait-il ? Comment peut-on oublier la voix de ceux dont nous étions le plus proche ? De ceux dont nous partageons le même sang ?

Toutes ces interrogations me taraudent, m’empêchent de dormir parfois. C’est pour trouver des réponses, et un peu de sommeil, qu’avec Martin, nous nous sommes lancés sur la piste de la voix…

Un podcast réalisé par Martin Schafer et Lilian Lefebvre.

The post « J’ai peur d’oublier la voix de ma grand-mère » appeared first on Mammouth Média.

Sans-papiers : Au jour, la peur. À l’heure, l’exploitation

Fri, 14/06/2024 - 09:05

Dorine Busoro

Quand la police passe par la rue commerçante qui relie Delacroix à Clemenceau, à Anderlecht, une trentaine de sans-papiers retiennent leur souffle. Haji prie pour ne pas se faire attraper, encore moins à la veille de l’Aïd. Dans l’épicerie africaine où il travaille, combien de temps passera-t-il entre les mailles du filet ? Encore gagner un jour. Encore six euros pour une heure.   

Haji : Dans ma vie, j’ai pas pleuré, sauf ce moment-là avec ma mère. C’est là que j’ai vu qu’elle m’aimait trop. Là j’ai vu comment une mère aime son enfant. Quand j’étais petit, je ne l’avais pas vu.  

Silence. Respiration.  

Haji : Et moi aussi, j’ai compris que je l’aime trop.  

Silence. Celui-ci était long. Alors gêné, il sourit. 

Ce soir-là, simple mercredi d’avril, Haji m’a offert un morceau de son histoire, et par la suite, un bout de son quotidien dans lequel je vous emmène.

La petite fille observe, 27 avril 2024, Clemenceau.  

Clemenceau

Derrière un sourire, peut se cacher un tout autre monde. Debout derrière le comptoir, Haji s’efforce de sympathiser avec les clients qui poussent la porte du magasin. Mais ses paupières sont lourdes et son ventre est vide. Pas le choix, il faut travailler, même en temps de ramadan. Heureusement, demain c’est l’Aïd, et son patron pakistanais l’a autorisé à prendre congé.

Il n’y a plus. Prends farine du Cameroun, c’est la même chose que RDC”. Jason, le collègue de Haji, doit convaincre une tantine que toutes les farines de manioc se valent.  Le magasin, avec sa forme rectangulaire remplie d’énormes congélateurs et ses murs blanc rendus invisibles tant il y a d’étagères, comme l’ensemble des magasins de la rue, vend des produits africains. À Anderlecht, c’est l’endroit parfait pour trouver ses bananes plantains ou son gombo, juste après s’être acheté sa viande de chèvres aux abattoirs. Parfait ? Tout est relatif. “Ici, ils (les patrons des magasins) n’embauchent que les sans-papiers” glisse Jason. C’est à dire, ceux qui n’ont pas ou plus de titre de séjour légal pour rester en Belgique, ce qui représente 100 000 à 150 000 personnes, selon la Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Étrangers (CIRÉ).

Comme il est Africain, c’est Jason qui s’occupe le plus des clients. Haji est moins légitime, parait-il, alors il s’occupe de la caisse pendant que son collègue fait les allers-retours pour remplir les casiers vides dehors, ou répondre aux “C’est combien ?” incessants des clients. Haji travaille ici depuis deux ans et demi. Au fil des mois, il a su négocier avec son patron. Maintenant, il gagne 6 euros de l’heure et a congé le lundi. Jason lui, travaille depuis un an. Il gagne 4,50 euros de l’heure et travaille tous les jours. En Belgique, depuis le 1 avril 2024, le salaire minimum brut légal est de 12,33 euros par heure. Jason et Haji travaillent de 9 à 18h pendant le ramadan. Jusque 20h en temps normal, parfois, 21h. Le régime de travail considéré comme “normal” par le SPF de l’emploi est de 8 heures par jour. Jason et Haji gagnent donc environ un tiers du salaire légal par heure. Mais bon. Tout est relatif. Même la sécurité. 

Dans le magasin, 27 avril 2024.

Daech

Haji : la sœur de ma maman, son fils…comment on dit ?  

Journaliste : Ton cousin ? 

Haji : Oui c’est ça, mon cousin, Lalmarjan. Il avait le même âge que moi, 19 ans.  

Assis dans un café marocain près du métro Clemenceau, Haji parle en tenant son thé dans les mains. Avec ses cheveux et yeux noirs, son visage carré déjà ridé, il parait plus vieux, dans la trentaine. Il a des airs de Zelensky. Dans une autre vie, il aurait pu être Ukrainien. Mais il est originaire de Nangarhar, une province de l’Est afghan.  

Haji : Lalmarjan m’a appelé pour aller faire du sport avec lui. Ils habitaient de l’autre côté de la rivière. Presque, le soleil tombait. C’était fin d’après-midi. L’eau de la rivière avait levé, donc pour y aller, je devais prendre le… le bridge (« le pont », ndlr). Quand je suis arrivé, j’ai vu des hommes de Daech avec leurs armes. On les reconnait directement, ils ont toujours leur drapeau et ils portent leurs bandeaux noirs sur la tête avec écritures coraniques. J’ai vu qu’ils commençaient un travail. Ils faisaient des trous dans la terre, en face du bridge et mettaient comme des gros bidons dedans. C’est une des manières qu’ils ont pour faire les bombes. Parfois tu sais, ils ont des cibles qu’ils doivent tuer, des Américains, des gens de l’armée ou du Gouvernement. Puis, deux hommes sont venus m’arrêter. J’ai expliqué que j’allais faire du sport. L’un m’a dit, ce que tu as vu, tu ne le dis à personne sinon on te tue. Moi j’ai dit j’ai rien vu, j’ai rien vu. J’avais peur. Je voulais partir. Ils m’ont dit on te laisse mais s’il y a quelque chose, c’est toi. 

Répression 

Si la police rentre dans le magasin, Haji et Jason doivent agir comme s’ils étaient eux-mêmes des clients, en attrapant tout de suite des articles. C’est le protocole. Quand un contrôle commence, toute la rue est mise au courant. Même si le magasin de nos deux amis est, pour l’instant, passée sous le nez des policiers, il faut toujours se faire discret. Notamment éviter les disputes avec les clients (ce qui n’est pas facile selon Haji). “Chaque matin je sors, j’espère qu’on ne va pas m’attraper. Chaque minute, chaque heure, ça passe difficilement. Et quand je reviens le soir, je me dis aujourd’hui c’était la chance.”, confie Haji. Des sentiments que Jason partage. Pour celui-ci, seul un sans papier peut comprendre un autre sans-papier, comprendre la peur qui les habite en permanence. Récemment, un ami à lui s’est fait prendre et a été mis dans un centre fermé.

Le CIRÉ décrit ces lieux comme “des prisons qui ne disent pas leur noms”. Les sans-papiers arrêtés sont placés là-bas pendant plusieurs semaines, voire des mois, le temps d’organiser leur expulsion ou réexaminer leur demande d’asile. L’Office des étrangers nuance. Ces centres ne devraient pas être considérés comme des prisons car “un détenu doit purger une peine fixe, éventuellement revue à la baisse […]. L’étranger maintenu dans un centre fermé peut, quant à lui, peut décider du moment de son départ pour autant qu’il collabore et donne les informations nécessaires pour organiser son retour.”

Alex & Eric

Fuite 

Haji : ma mère a pas pris le bridge. Le matin la rivière est basse, alors elle est entrée dans l’eau, direct, pour venir me chercher. Comment j’ai vu ma mère ce jour-là, j’ai eu peur. Elle n’avait pas les chaussures. Elle a crié mon nom. ”Haji ! Haji ! Qu’est-ce que tu as fais ?” J’ai pas compris. Elle a dit: “La nuit des hommes de Daech sont venus à la maison pour te chercher. Qu’est-ce que tu as fait ? » Là, j’ai eu peur. Trop même. Les services de renseignements on su que Daech voulait faire attentat dans le bridge. Ils pensaient que c’était moi qui avais prévenu mais jamais j’ai fait ça. Alors c’est comme ça que Lalmarjan a préparé le départ. Parce que quand Daech te cherche, tu es mort. Une voiture, comme taxi est venu. Je devais partir. Ma mère… 

Il s’arrête. Ses yeux se mettent à briller. Derrière lui, la télévision passe le journal en arabe. Quatre messieurs assis à côté de nous jouent aux cartes en prenant soin de taper sur la table à chaque fois qu’ils en posent une.  

Haji : Ce jour-là… c’était fort, murmure-t-il.  

Silence.  

Haji : Dans ma vie, j’ai pas pleuré, sauf ce moment-là avec ma mère. C’est là que j’ai vu qu’elle m’aimait trop. Là j’ai vu comment une mère aime son enfant. Quand j’étais petit, je ne l’avais pas vu.  

Silence. Respiration.  

Haji : Et moi aussi, j’ai compris que je l’aime trop.  

Silence. Celui-ci était long. Alors gêné, il sourit. 

Haji : je suis resté dans le coffre pendant peut être une heure. Ensuite, le chauffeur m’a fait rencontrer Armed. Lui m’a dit qu’on devait aller à Kaboul, à la gare des bus. Là-bas, on allait m’envoyer à la frontière de l’Iran. Il m’a donné un ticket. Il était écrit “Haji Bilal”. Il m’a dit dès que je descends là-bas, quelqu’un va venir me chercher. Il dira plusieurs fois “Haji Bilal”, “Haji Bilal” et je peux pas dire que je suis *******. J’avais un faux nom maintenant. Il m’a répété : “Tu es Haji Bilal maintenant”. Jusqu’à aujourd’hui, j’ai jamais oublié ce nom-là.  

Dans cet article, Haji et Jason sont deux noms d’emprunt. 

Fimbu X Coup du marteau – mariage congo-ivorien.

Mariage  

L’Aïd n’est plus qu’à quelques heures. Dehors, le soleil semble annoncer l’arrivé des festivités. Aujourd’hui, beaucoup de femmes voilées entrent dans le magasin. À entendre leur accent, elles viennent de Guinée ou du Sénégal. Jason prend le temps de connaitre le besoin de chacune, toujours en mouvement.  

Au fond du magasin, il coupe des morceaux d’un poisson salé congolais, mains nues. « Je t’aurais bien proposé de couper mais le couteau est dangereux« , me lance Jason. Le couteau ressemble à une hache.  « Mais non ! » s’indigne la cliente. « Tu ne vas pas la laisser couper. Regarde comme elle est propre. Elle ne va pas faire ça ». « Et donc moi, je suis sale ? «  demande Jason. La cliente essaie de se rattraper : « Non…c’est parce que tu es un homme. »  

Mais c’était trop tard. Jason s’est mis à rire, pour du faux. “Qui va sortir avec un magasinier ? Celui qui pousse les chariots dehors ? J’ai essayé maintes fois de sortir avec des filles ici. Elles me disent qu’elles ne peuvent pas sortir avec moi parce que je ne suis pas capable de répondre à leur besoin”. Pourtant au pays, Jason est marié et a un enfant, une petite fille de 8 ans. C’est pour subvenir au mieux à leurs besoins qu’il refuse d’accepter le jour de congé que lui propose son patron.   

En Belgique, les personnes en séjour illégal peuvent se marier, comme le prévoit d’ailleurs l’article 12 de la Convention européenne des droits humains. Dans les faits, le mariage avec un(e) Belge, permet d’obtenir plus facilement la régularisation. Mais la législation belge a durci les conditions de celui-ci pour éviter tout mariage de complaisance (c’est à dire un mariage qui a pour but uniquement l’obtention des papiers). Le Belge qui conclut un tel mariage encourt une peine d’emprisonnement d’un mois à trois ans et une amende de cinquante à cinq cents euros. “C’était mon rêve de rester avec ma femme. J’ai tout fait pour qu’elle vienne me rejoindre mais ça n’a pas marché. J’ai même cherché quelqu’un qui a la nationalité belge ici et qui peut aller la marier pour la faire venir. Mais il m’a demandé 20 000 euros, c’était trop”.

Mike & Rebecca

Vingt-quatre 

Haji a fini son thé. Seul les feuilles de menthe sont écrasées au fond du verre. Plus les minutes passent, plus le café se remplit dans un boucan ininterrompu. Il poursuit son récit, tristement classique. Après avoir atterri à la frontière de l’Iran, il a entrepris un voyage de 3 000 km jusqu’en Turquie.

43 fois. C’est le nombre de fois qu’Haji a tenté de traverser la mer d’Egée sur un bateau ballon comme il l’appelle, avant de pouvoir passer sous les mailles des gardes-frontières grecs. Et puis après, il y a eu la Bulgarie, la Serbie, la Bosnie, la Croatie, la Slovénie, l’Italie et enfin la France puis la Belgique. Mais son histoire, la Belgique n’y a pas cru. Pas de preuves, pas de papiers. 

Haji : Parfois tu sais, il y a des gens qui viennent au magasin et quand je discute avec eux, ils me demandent mon âge. Quand je dis que j’ai 24, ils rient. Ils me disent non. Toi tu as plus, 35 ou 38 ans. Après je pense, tout ce qui m’est arrivé, ça m’a rendu trop âgé. Quand ils rigolent, ça fait mal. Mais eux savent pas.  

Aussitôt, Haji met sa capuche pour masquer ses larmes.

Haji :  les gens ne savent pas, répète-t-il.  

Il renifle en s’excusant.

Fermeture 

La journée de travail touche enfin à sa fin. Le plus étonnant dans l’épicerie, c’est comment Jason et Haji arrivent à comprendre les clients, même quand ceux-ci s’expriment dans leur langue maternelle. Swahili, Kinyarwanda, Lingala, Wolof…, ils ont maintenant des notions de plusieurs langues africaines mais pas que…c’est en travaillant au magasin, qu’Haji a appris le français. Dehors, les deux s’activent à faire entrer chacune des caisses de bananes, patates douces et autres à l’intérieur. Aujourd’hui encore c’était la grâce de Dieu, aucune arrestation. 

Journaliste : Comment tu comptes fêter l’Aïd demain ?  

Haji sourit.  

Haji : Je vais appeler ma mère.  

The post Sans-papiers : Au jour, la peur. À l’heure, l’exploitation appeared first on Mammouth Média.

Blandine Coulon, une artiste lyrique pas si classique

Thu, 13/06/2024 - 10:16

« On imagine un certain cliché de la chanteuse d’opéra, et je ne rentre pas du tout dans ce cliché. J’aime bien montrer que l’opéra peut être complètement autre chose que l’idée qu’on en a ». Blandine Coulon est une artiste lyrique hors du commun. Elle nous emmène dans les coulisses de sa vie de chanteuse, dans un documentaire réalisé par Marine Thienpont.

The post Blandine Coulon, une artiste lyrique pas si classique appeared first on Mammouth Média.

Enquête : Transparence en chantier à l’Europe

Thu, 06/06/2024 - 09:04
Entre novembre 2023 et avril 2024, 23 étudiants français et belges de l’École supérieure de journalisme (ESJ Lille) et de l’IHECS (Bruxelles) ont enquêté sur les institutions européennes et leurs élus.

ESJ / IHECS (tous droits réservés)

Décembre 2023, ce groupe s’installe dans une salle du journal Le Soir. Le mot d’ordre : trouver un sujet d’enquête collaborative sur lequel les apprentis journalistes travailleront pendant plusieurs mois. Progressivement, le calendrier politique de 2024 s’impose : les étudiant.es vont s’immerger dans les rouages politiques, institutionnels et économiques des assemblées législatives européennes.

Six mois d’investigation collaborative

Les étudiants de l’ESJ et de l’IHECS ont collaboré à Bruxelles, à Lille, à Strasbourg ou à distance. Et ils n’ont pas lésiné sur les efforts : des dizaines de réunions enregistrées, plusieurs milliers de données récupérées et analysées, de nombreux textes législatifs européens décortiqués, les comptes et bilans financiers de plusieurs associations épluchés, des centaines d’expert.es, de témoins ou d’institutionnel.les. contacté.es à travers l’Europe.

Sur le modèle des consortiums internationaux qui rassemblent des journalistes de plusieurs rédactions, ils ont eu l’occasion d’appréhender la méthodologie appliquée à l’investigation collaborative dans le cadre d’un projet commun. Ce travail les a poussé à explorer différents terrains et diverses formes narratives pour aboutir à un résultat de qualité.

Six mois plus tard, plusieurs enquêtes ont débouché sur des informations exclusives. Les étudiant.es ont remarqué que des droits fondamentaux sont amputés à des Européens à leur insu ; ils ont découvert que certains lobbies ont capté des fonds européens à des fins dissimulées ; ils ont aussi examiné les angles morts du lobbying exercé sur les eurodéputé.es, dévoilant au passage des problèmes de transparence de la fonction publique et des conflits d’intérêts privés non déclarés.

Un partenariat avec Le Soir

Cette enquête a été un défi collectif. Pour la mener à bien, l’IHECS et l’ESJ ont tissé un partenariat avec le journal belge Le Soir. Les étudiant.es ont bénéficié des précieux conseils de cinq journalistes. Outre les responsables pédagogiques respectifs de l’ESJ et de l’IHECS, Damien Brunon et Gaëtan Gras, ils ont été encadrés par trois professionnels chevronnés : Christian Spilman (ex-AFP et journaliste pour Contexte), Joël Matriche (Journaliste d’investigation au Soir) et Xavier Counasse (Rédacteur en chef adjoint du Journal Le Soir et chef de la cellule investigation).

Enfin, il convient de remercier Véronique Lamquin (Cheffe adjointe du pôle International) pour son expertise, ainsi que l’entreprise Graydon et l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) pour les accès privilégiés à leurs bases de données.

&nbsp &nbsp &nbsp Retrouvez toutes les enquêtes ci-dessous


Pour les Belges en situation de handicap intellectuel, le suffrage n’est pas si universel
Dans douze pays de l’Union Européenne, il est possible d’ôter le droit de vote aux citoyens en situation de handicap intellectuel, à leur insu. La Belgique en fait partie.

Cliquez sur l’image pour découvrir la première enquête

The post Enquête : Transparence en chantier à l’Europe appeared first on Mammouth Média.

Dans la peau d’un joueur d’airsoft

Sat, 01/06/2024 - 01:21
Équipé de sa réplique de fusil AR-15 et de son faux Kevlar, Winston se lance dans d’intenses parties d’airsoft avec ses potes. Aujourd’hui, on monte sur le terrain avec lui.

The post Dans la peau d’un joueur d’airsoft appeared first on Mammouth Média.

Bruxelles fusillée

Mon, 27/05/2024 - 14:27
Découvrez les communes les plus touchées par les fusillades

Crédit photo : Unsplash – ev

Entre mai 2023 et avril 2024, Bruxelles a connu de nombreuses fusillades. Au total, 47. Si les raisons sont diverses, telles que des règlements de compte ou des batailles de gangs rivaux liés à la drogue, ces événements semblent avoir pris une ampleur nouvelle depuis quelques mois.

Le phénomène est-il réparti sur l’ensemble du territoire régional ? Non. L’Ouest de Bruxelles en souffre davantage, et plus particulièrement la commune d’Anderlecht. Mammouth media a épluché les titres de médias francophones (Le Soir, RTBF, Sudinfo, La Dernière Heure et L’Avenir) sur un an, entre mai 2023 et avril 2024, afin de réaliser une infographie sur les communes les plus affectées.

Anderlecht apparait clairement comme la commune la plus touchée. Pas moins de treize fusillades y ont été répertoriées sur un an. Le bourgmestre, Fabrice Cumps, confiait sur les antennes de BX1, en février dernier: “Ce sont les effets collatéraux du trafic de drogue et cette guerre des gangs pour contrôler le territoire. C’est vraiment un cancer pour nos quartiers”.

La problématique dépasse la simple zone Bruxelles midi ou toutes les zones de police locales du pays

Fabrice Cumps sur BX1

Les fusillades se sont-elles intensifiées ces derniers mois ? La substitut du procureur du Roi, Fabienne Ledure, semble le penser. “Si on continue à ce rythme-là, on va exploser les chiffres de 2023”, a-t-elle déclaré récemment lors d’une audition à la Chambre des représentants. L’analyse des articles de presse confirme cette tendance, comme le montre notre second graphique. Il indique clairement une hausse du nombre de fusillades sur le dernier trimestre, avec un pic de 11 fusillades en février dernier.

Comment enrayer la tendance ? Les appels à renforcer le personnel policier se multiplient. Le bourgmestre d’Anderlecht appelle à mettre la police judiciaire fédérale sur le coup pour venir en aide aux zones de police bruxelloises. Mais pendant que les autorités s’interrogent, les fusillades se poursuivent. La tendance semble en effet se confirmer en mai, avec déjà quatre fusillades. au moment d’arrêter notre comptage.

The post Bruxelles fusillée appeared first on Mammouth Média.

« On est là pour rester »

Fri, 24/05/2024 - 17:07
Chronique d’une semaine d’occupation pro-palestinienne à l’ULB

Photos : Zoé Barbier

« On est là pour rester », « On ne partira pas tant que les revendications ne seront pas entendues », « Soutenir la Palestine, c’est être du côté de l’humanité ». Voici quelques-unes des paroles que l’on peut entendre quand on se balade aux alentours du bâtiment occupé par les étudiants pro-palestiniens. Cela fait maintenant une semaine que ces mêmes étudiants ont commencé leur manifestation et l’occupation du bâtiment B. Des événements qui ne se sont pas déroulés dans le plus grand calme. 

Mardi 7 mai, des étudiants de l’ULB initiaient une manifestation pro-palestinienne, suivie d’une occupation du bâtiment B. Le soir-même, le président de l’union des étudiants juifs de Belgique était agressé sur le campus dans des circonstances où les uns et les autres se rejettent la faut. Les étudiants pro-palestiniens admettent qu’il y a eu des coups légers et des bousculades à la suite de « provocations », mais ils contestent fortement le fait qu’une personne ait été rouée de coups. De son côté, le CCOJB (Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique) parle d’agression pure et d’une manifestation antisémite. Le vice-président de l’organisation, qui souhaite garder l’anonymat, voit dans la manifestation « un prétexte pour tabasser du juif ». L’UEJB (union des étudiants juifs de Belgique) a organisé un rassemblement de 500 personnes vendredi soir pour dénoncer l’antisémitisme et rappeler l’importance de garantir la sécurité des étudiants juifs sur le campus. L’Université Libre de Bruxelles a, quant à elle, décidé de porter plainte.  

Un mouvement international 

Cette manifestation à l’ULB ne vient pas de nulle part. Elle s’inscrit dans un mouvement international amorcé le mois dernier aux États-Unis dans des universités comme Columbia ou Harvard, et qui se répand peu à peu en Europe. Après Paris et Berlin, c’est au tour des universités belges d’y être confrontées.

Le mouvement a débuté à l’université de Gand, où quelque 300 personnes ont commencé à occuper des bâtiments. Cette occupation est toujours en cours et les étudiants ont maintenant le soutien d’une soixantaine de professeurs, même si l’UGent a décidé de ne pas accéder aux demandes des occupants. Les manifestations ont ensuite touché Bruxelles, notamment l’ULB et la VUB.

Dans l’institution bruxelloise francophone, les revendications sont claires. Les étudiants exigent que l’ULB rompe ses liens avec les universités et les entreprises israéliennes mais aussi, et c’est le point qui fâche pour la rectrice de l’université, Annemie Schaus, que l’ULB annule la venue d’Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël pour une conférence. Mme Schaus a déclaré, sur Linkedin qu’elle ne céderait pas. « Je le dis sans ambages : je ne cèderai pas, ni aux intimidations, ni aux pressions, ni aux menaces. Elie Barnavi sera à mon invitation présent à l’Université le 3 juin prochain, au côté de celles et ceux qui tentent, autant qu’ils le peuvent, de résister à la spirale de la haine dans laquelle d’aucuns cherchent à nous entraîner.« 

La vague de protestations pro-palestiniennes a déferlé ailleurs dans le pays, notamment à Liège et à Louvain. Le mouvement s’agrandit chaque jour et les étudiants s’organisent de plus en plus. 

Dortoir, salle d’étude et salle de prière

A l’ULB, les étudiants se sont organisés pour rester dans la durée. A l’intérieur du bâtiment B, rebaptisé Walid Daqqa (du nom du leader et symbole de la résistance palestinienne), plusieurs salles ont été aménagées. Un auditoire sert chaque midi pour les assemblées générales. D’autres salles sont réservées à l’étude ou à la prière. Sans oublier le dortoir, avec quelques matelas au sol. La salle d’étude est une aubaine, selon les étudiants. A l’approche du blocus, une soixantaine d’entre eux peuvent y réviser.

L’organisation pratique est confiée à des groupes de travail. Chacun a sa mission : que ce soit l’organisation des assemblées générales ou la recherche de nourriture. Les dons d’argent ou en nature permettent aux occupants de se nourrir, relate une occupante de la première heure. Les étudiants ont aussi des accords avec certains restaurants qui leur donnent du surplus. Dans chaque groupe, des tournantes sont organisées, histoire de pouvoir se laver ou se reposer.

Les occupants organisent aussi des activités plus ludiques comme un tournoi de foot ou encore des visionnages de films. C’est une occasion pour eux, d’attirer d’autres étudiants, plus hésitants. Ils affichent d’ailleurs leur intention de politiser le campus sur différentes questions, notamment sur la questions de partenariats de l’ULB avec les institutions israéliennes, en lesquels ils voient une « complicité » avec les exactions en cours en Palestine. 

Les occupants sont soutenus par certains professeurs, mais aussi par certains employés de l’ULB. Malgré tout, ils ne font pas l’unanimité sur le campus. Selon une étudiante, ils ont eu « un coup de stress« , dans la nuit du 10 au 11 mai, quand des œufs ont été jetés sur le bâtiment B, une banderole volée et des feux d’artifice tirés en direction de l’entrée du bâtiment. 

Les étudiants pro-palestiniens rappellent que « tout le monde est admis pour se joindre au mouvement », même si ceux qui afficheraient un soutien à l’État d’Israël ne sont pas les bienvenus. Ils n’entendent pas se laisser faire face aux critiques d’antisémitisme. « On est pas là pour faire de la guerre interne et pour traquer du juif, on vise l’ULB avec nos revendications », lance notre étudiante.

Que ce soit du côté des étudiants pro-palestiniens, de l’ULB, ou de l’union des étudiants juifs de Belgique, chacun reste campé sur ses positions, dans un climat de manifestations et d’occupations qui atteint chaque jour de nouvelles universités en Belgique. 

The post « On est là pour rester » appeared first on Mammouth Média.

Festival de Cannes : voici le gagnant du prix « Un certain regard »

Fri, 24/05/2024 - 14:24
Alors que le Festival de Cannes a ouvert ses salles ce 14 mai, la Croisette accueille – entres autres – la compétition « Un certain regard » pour la 26e année. Mammouth a saisi sa boule de cristal et vous a prédit, sur base des éditions précédentes de ce prix, le futur gagnant.

Crédit photo : Eliott Chalier et FDC

En marge de la Palme d’or, son prix le plus prestigieux, le Festival de Cannes organise « Un certain regard », une compétition parallèle qui a révélé de nombreux talents. Une étape qui mène parfois vers le haut du tapis rouge, à l’image du Suédois Ruben Östlund qui a remporté la Palme pour Triangle of Sadness en 2022, huit ans après sa victoire dans la compétition secondaire.

« La sélection ‘Un certain regard’, c’est un peu le lot de consolation pour celles et ceux qui sont passés à côté de la Palme », confie Benoit Mariage, cinéaste belge et professeur à l’IAD. « Seulement une vingtaine de films sont retenus pour la compétition principale, sur plusieurs centaines envoyés au Comité de Sélection. Avoir une sélection alternative, ça permet de mettre en avant d’autres coup de cœurs. »

A la tête du Festival de 1978 à 2014, le critique de cinéma français Gilles Jacob décide dès son entrée en fonction de fusionner les catégories spéciales créées suite aux revendications de mai 68. Le nouveau prix est alors instauré dans un vœu de modernité, de liberté créative et d’ouverture du cinéma. En 1998, “Un certain regard” devient une compétition lorsque la Fondation Gan se lie à l’événement en offrant 30 000€ aux distributeurs récompensés.

Sans questionner la qualité des productions soumises pour cette édition 2024, est-il possible de prédire le choix du jury avant l’annonce officielle ? Les 26 années de compétition livrent plusieurs résultats.

Une chance sur cinq d’être une lauréate

Il a fallu presque dix ans pour qu’une femme se hisse sur le podium. Actrices, de Valeria Bruni Tedeschi, a remporté le prix en 2007. Depuis, une parité s’observe davantage. Lors de l’édition de 2023, le jury a retenu six lauréat·es, dont trois femmes. Parmi celles-ci, Asmae El Moudir, réalisatrice marocaine, a été récompensée pour son documentaire “La mère de tous les mensonges”. Présente dans le jury de cette année, son film est d’ailleurs sorti dans les salles belges ce mercredi 15 mai.

Le gagnant sera français ou… roumain

La particularité du prix « Un certain regard » s’observe dans sa sélection internationale, plus timide dans la compétition principale. Les cinéastes promu·es sont issu·es du monde entier. Les productions françaises sont en tête, certes, mais la suite du podium surprend : le cinéma roumain suit en deuxième position, avec sept lauréats. Cette année, le jury tranchera entre 14 nationalités représentées sur les 18 films en lice.

L’occasion de se lancer dans l’industrie du cinéma

Une réalisation sur trois primée depuis 1998 est le premier film du/de la lauréat·e. En 2023, le rappeur belgo-congolais Baloji était récompensé pour son premier long-métrage, Augure, qui a ensuite été choisi pour représenter la Belgique aux Oscars.

Un seul lauréat possible !

Si toutes ces données ne sont que des chiffres et que le choix du jury reste subjectif, elles permettent toutefois de se livrer – prudemment – à des pronostics. Le film L’histoire de Souleymane, de Boris Lojkine, pourrait l’emporter puisqu’il est le seul film réalisé par un homme, Français, dont ce n’est pas le premier long-métrage. Réponse le 25 mai 2024 !

The post Festival de Cannes : voici le gagnant du prix « Un certain regard » appeared first on Mammouth Média.

Haïti face à la violence des gangs

Fri, 24/05/2024 - 07:22
Comprendre la crise politique et sécuritaire à Haïti en cinq minutes

Haïti est un des pays les pauvres du monde et il est depuis longtemps soumis à la violence des gangs, qui ont même poussé à la démission le Premier ministre Ariel Henry, en mars dernier. La situation politique semble inextricable. Fin avril, un Conseil de transition a été nommé. Sa mission ? Organiser de nouvelles élections d’ici février 2026. Pour y parvenir, il faudra parvenir à rétablir un climat de sécurité. La tâche est gigantesque.

Tu veux comprendre à la crise politique et sécuritaire à Haïti ? Notre vidéo te donne les clés en cinq minutes.

The post Haïti face à la violence des gangs appeared first on Mammouth Média.

L’UE à la pointe de l’encadrement de l’IA

Sat, 18/05/2024 - 11:09
Vers une IA « plus sûre et respectueuse des droits fondamentaux » ?

Crédit photo : Unsplash

Chat GPT, Dall-E ou Midjourney, ce sont des noms qui reviennent beaucoup dans l’espace public dernièrement. Les IA, autrement dit les intelligences artificielles, se multiplient et prennent une place de plus en plus importante dans la vie des citoyens, notamment en matière culturelle. La question était à l’ordre du jour d’un Conseil des ministres européens de la Culture, organisé le 14 avril dernier sous présidence belge. Le débat a mené à une conclusion simple : l’IA comporte un grand potentiel, mais une réglementation pour encadrer ces intelligences artificielles est nécessaire.

Invité à s’exprimer en ouverture des discussions, Marnix Verduyn, dessinateur de BD et chercheur sur les intelligences artificielles à la KULeuven, a d’ailleurs plaidé en ce sens. Il a souligné le potentiel de l’IA, mais surtout l’importance pour l’Union européenne de ne pas attendre et d’établir un cadre réglementaire, afin d’éviter de devenir dépendante d’acteurs externes, qu’il s’agisse de super-puissances comme la Chine ou les États-Unis, ou de grandes entreprises telles OpenAI, qui détient Chat GPT.

« Il faut trouver un équilibre entre les chances à saisir qui sont offertes par l’IA, tout en protégeant et préservant la créativité artistique« , a résumé le ministre-président flamand Jan Jambon, qui présidait les débats Si l’intelligence artificielle offre en effet de nouvelles possibilités, par exemple en termes de gestion de données ou en ce qui concerne la découverte de nouveaux publics, elle met aussi le monde culturel face à de nouveaux défis liés au droit d’auteur et à la diversité culturelle, notamment en raison de l’utilisation d’œuvres artistiques dans les entraînements d’IA, qui pose la question de la rémunération équitable des auteurs. Par ailleurs, la propagation des fake news générées par des IA, comme les deepfakes, doit également d’être encadrée.

« Il faut trouver un équilibre entre les chances à saisir qui sont offertes par l’IA, tout en protégeant et préservant la créativité artistique. »

Jan Jambon

Pour la commissaire européenne en charge de la culture, Iliana Ivanova, une coopération entre les acteurs de l’IA et le secteur culturel est essentielle. « 100 millions d’euros pour créer une infrastructure numérique pour connecter les professionnels de la recherche, afin de développer des instruments de collaboration novateurs, en lien avec divers secteurs« , a-t-elle affirmé.

Somme toute, l’Union Européenne souhaite encourager le développement de l’IA auprès du secteur culturel, et même encourager la création d’outils spécifiques pour le secteur culturel. Cependnat, elle n’en entend pas moins réguler strictement le développement de l’IA, notamment à travers le fameux IA Act .

L’UE à la pointe de l’encadrement de l’IA

Avec l’AI Act, l’Europe veut se positionner à l’avant-garde mondiale de l’encadrement de l’intelligence artificielle. Adopté en mars dernier, le texte encadre les risques liés à l’intelligence artificielle et interdit un certain nombre de pratiques. Il interdit notamment les applications qui portent atteinte à la dignité humaine, la démocratie ou l’État de droit (dont celles de reconnaissance faciale et biométrique, d’identification des émotions au travail, et autres). Les IA manipulant le comportement humain et celles qui permettent un score social, comme celles utilisées en Chine, sont aussi sur la liste des applications prohibées.

Un point important de cet AI Act est l’obligation de transparence. Les systèmes d’intelligence artificielle conçus pour des applications diverses doivent désormais se conformer aux lois européennes sur le droit d’auteur et fournir des résumés détaillés des données utilisées pour leur entraînement. Quant aux images et contenus audio et vidéo artificiels ou manipulés, les deepfakes notamment, ils doivent être clairement signalés comme tels.

« Cet ‘AI Act’ est une étape marquante, établissant les premières règles de la planète visant l’intelligence artificielle, pour la rendre plus sûre et respectueuse des droits fondamentaux de l’UE« , avait déclaré la présidence belge, à nos collègues de « Le Soir », au moment de son adoption. Première à se légiférer sur l’intelligence artificielle, l’Europe espère inspirer d’autres pays à suivre cette voie.

On a interviewé ChatGPT ! Faut-il réguler l’intelligence artificielle au sein de l’Union européenne ?

Absolument, la régulation de l’intelligence artificielle au sein de l’Union européenne est essentielle pour encadrer son développement de manière éthique, sécurisée et conforme aux valeurs européennes. Une réglementation claire aidera à prévenir les abus, à protéger la vie privée des individus et à promouvoir la transparence et la responsabilité des systèmes d’IA. Cela favorisera également la confiance du public et encouragera l’innovation dans le respect des normes éthiques et légales.

Quels sont les risques de l’IA selon toi ?

Les risques de l’IA incluent la perte d’emplois due à l’automatisation, la propagation de biais et de discriminations dans les systèmes d’IA, ainsi que les menaces liées à la sécurité et à la vie privée des données si elles sont mal utilisées ou piratées. Le développement de l’IA soulève aussi des questions complexes en matière de droit d’auteur, notamment en ce qui concerne la création d’œuvres générées par des algorithmes. En ce qui concerne les fake news, l’IA peut être utilisée à la fois pour détecter et pour créer des contenus trompeurs, ce qui souligne la nécessité de développer des solutions technologiques et réglementaires pour lutter contre la désinformation en ligne.

Quels sont les avantages de l’IA pour le monde culturel ?

L’IA offre de nombreux avantages pour le monde culturel, notamment en permettant une analyse plus approfondie des données culturelles, en facilitant la création artistique et la personnalisation des expériences culturelles pour les utilisateurs, ainsi qu’en aidant à préserver et à restaurer des œuvres d’art historiques grâce à des techniques de numérisation avancées.

The post L’UE à la pointe de l’encadrement de l’IA appeared first on Mammouth Média.

Pourquoi la planète devient verte ?

Fri, 17/05/2024 - 13:17
La planète est en train de changer de couleur. En vingt ans, 56% des océans sont devenus plus verts. Mais pourquoi ce changement ?

Crédits photos: NASA
Musique : Lukrembo

Le satellite AQUA de la NASA a observé pendant 20 ans la surface de notre planète. Plus de la moitié des océans sont devenus plus verts au cours de cette période, même si ce n’est pas encore visible à l’œil nu. Mais alors pourquoi ce changement ? On t’explique avec notre décryptage.

The post Pourquoi la planète devient verte ? appeared first on Mammouth Média.

Grève des livreurs Uber Eats

Tue, 07/05/2024 - 15:50
De l’esclavagisme moderne ?

[Reportage] La semaine dernière, les livreurs Uber Eats ont fait grève. Ils réclament de meilleures conditions de travail, ainsi qu’une meilleure communication de la part d’Uber. 
Mammouth Media est parti à la rencontre de certains d’entre eux et de leurs représentants syndicaux pour comprendre ces revendications.

The post Grève des livreurs Uber Eats appeared first on Mammouth Média.

JO : le pari wallon

Tue, 07/05/2024 - 15:10
Et si la Wallonie devenait une terre d’accueil pour les athlètes étrangers lors des prochains Jeux ?

Quentin Ferrière

Le pari était ambitieux pour la Région wallonne : accueillir des délégations étrangères pendant les Jeux Olympiques de l’été prochain. Mais aujourd’hui, à quelques semaines du lancement de la 33e olympiade, aucune délégation n’a laissé sa carte de visite à la Wallonie, préférant se diriger vers les infrastructures françaises.


Si certains parlent déjà d’une occasion manquée, d’autres ont encore l’espoir de voir des équipes sportives installer leur camp de base, chez nous, à quelques heures de route de la ville lumière. C’est le cas de Germain Dalne, Échevin des Sports à Nivelles, où plusieurs infrastructures ont connu un nouveau lifting. Pour lui, le projet « Wallonie Ambition Or » était une bonne opportunité d’offrir des installations fraîchement rénovées à nos associations sportives.


Les athlètes ont jusqu’au 30 juin pour se qualifier aux Jeux de cet été. Ce qui laisse espérer les plus optimistes de faire de la Wallonie une terre d’accueil pour les sportifs internationaux.

The post JO : le pari wallon appeared first on Mammouth Média.

La petite balle jaune change de camp

Tue, 07/05/2024 - 15:05
Le padel séduit de plus en plus de Belges

Photo : Yasmine Akki

Dernier sport en vogue en Belgique et dans le monde entier, le padel ne cesse de gagner du terrain et séduit de plus en plus d’amateurs. La discipline éclipse peu à peu le tennis, son cousin historique, poussant de nombreux clubs à reconfigurer leurs infrastructures. Cette transition, motivée aussi par des raisons économiques, voit l’émergence de nouveaux complexes dédiés, qui permettent peu à peu une meilleure professionnalisation du nouveau sport roi.

Expansion rapide, ambitions élevées

Selon des chiffres rapportés par Padeltennis Wallonie-Bruxelles (la seule fédération reconnue), on recensait 295 clubs en 2021, soit 50 % de plus que les 181 de 2020. Même constat pour le nombre de joueurs en compétition, qui a connu une croissance exponentielle (de 11.000 en 2020, à plus de 22.000 en 2021 et environ 50.000 aujourd’hui). La fédération se veut d’ailleurs ambitieuse et a osé se fixer un objectif très clair, celui d’atteindre les 100.000 membres d’ici la fin de 2024. La Belgique se situe d’ores et déjà dans le top 10 mondial pour ce qui est du nombre de clubs et de terrains, dépassant les 2.000 infrastructures.

Ces chiffres significatifs ont convaincu Alain Henrotte, le directeur du centre sportif Sportcity, de continuer de miser sur ce sport. Il y a un an, son complexe a fait le choix, comme beaucoup d’autres, de condamner deux de ses terrains de tennis pour laisser place aux courts de plexiglas. “ Au vu du franc succès de nos trois premiers terrains, nous prévoyons d’ici 2025 de remplacer les quatre autres terrains de tennis indoor en courts de padel ”, dit-il. Ces futurs terrains permettront notamment l’organisation de tournois au sein même du club.

L’aspect financier de l’affaire n’est pas négligeable. En effet, les coûts réduits de construction et d’entretien contribuent à une rentabilité accélérée, notamment en raison des tarifs de location qui peuvent doubler ceux du tennis.

Cette offre satisfait une demande toujours plus forte. Alors que les courts de padel tournent à plein régime du matin au soir, ceux de tennis sont inoccupés la plupart du temps. Les adeptes se bousculent et doivent souvent s’y prendre une semaine à l’avance pour espérer avoir un créneau de libre. L’avantage spatial du padel permet de construire trois terrains sur deux de tennis, en plaçant un court à l’horizontale.

Sur les traces de l’Espagne

Le développement de la pratique amateur permet au padel professionnel de commencer à exister réellement, notamment au niveau médiatique, la preuve étant la couverture du Brussels Premier Padel P2 par de nombreux médias. Cette médiatisation grandissante n’atteint pas encore le niveau de l’Espagne, où le padel est fortement implanté. La domination du padel professionnel par les joueurs hispaniques est d’ailleurs extrême. Depuis des années, les Espagnols, mais aussi les Argentins, représentent plus de 90 % des 100 premières places mondiales.

L’une des raisons de cette hégémonie se trouve aux origines de ce sport, qui doit sa naissance, en 1969, à l’homme d’affaires mexicain Enrique Corcuera, grand amateur de tennis. Lors d’un de ses voyages aux États-Unis, il avait essayé le “ paddle-tennis « , un jeu inspiré du tennis, mais pratiqué sur un terrain plus petit, avec un filet plus bas et une raquette plate sans cordage. N’ayant pas assez de place pour construire un court de tennis, il construit à Las Brisas, au Mexique, un court plus petit, encadré de murs sur la base de ce concept. Le squash, autre sport de raquette, a probablement aussi influencé la conception initiale du court de Corcuera avec son aire de jeu fermée et son jeu incluant les murs, se rapprochant énormément du format du padel. C’est après la visite d’un ami que le nouveau sport atterrit en Espagne, à Marbella, où il connaît ses premiers succès dans les années 90.

Pour Alvar Madrid, journaliste sportif responsable de la section padel pour Relevo en Espagne, la situation actuelle est simplement logique “ Aujourd’hui, la Belgique est (comme) l’Espagne, il y a 10 ans. Les gens sont en train d’apprendre à jouer et aime ça. Pour l‘instant, le sport n’est pas encore arrivé au point où les gens suivent la compétition professionnelle. Le premier pas pour aimer regarder du padel, c’est aimer jouer, ensuite, l’envie viendra de voir comment les meilleurs joueurs jouent pour les imiter. Cela viendra, c’est une question de temps… ” La différence de niveau ne devrait donc être que temporaire. “ C’est un sport très jeune qui est entré en Europe il y a 25 ans mais pendant 15 ans seulement, nous, les Espagnols y avons joué. C’est seulement depuis 8-9 ans qu’il y a eu une expansion incroyable dans toute l’Europe et même aux Etats-Unis. La Belgique est dans une phase de croissance, d’expansion. Ce sport va énormément grandir ces prochaines années. Ce qui est pour l’instant 10-12 complexes dans les grandes villes sera 30-35 dans les prochaines années. ”

Une pandémie bénéfique

Maxime Deloyer, 20 ans, partage aujourd’hui la place de numéro 1 belge avec son partenaire Clement Geels. Loin des premières places du classement mondial, la paire ne se situe pour le moment qu’à l’entrée du top 100. D’abord tennisman, Maxime a très tôt changé de raquette pour devenir l’un des précurseurs du padel en Belgique avec comme rêve de tutoyer les meilleurs. Pour progresser il lui a fallu rejoindre une académie espagnole. “ Dès l’âge de cinq ans, ils font déjà 15-20 heures par semaine, ils peuvent s’entraîner avec les meilleurs coachs et les meilleurs joueurs, ils s’entraînent entre eux et atteignent donc forcément très vite au haut niveau. ”

Le Covid a beaucoup aidé le padel

Maxime Deloyer

En Belgique, le padel n’existe réellement que depuis quelques années.  » Le Covid a beaucoup aidé le padel car le tennis était interdit pendant la pandémie, par contre on pouvait prendre l’autre raquette « , explique Maxime Deloyer.  » Tous les joueurs de tennis ou d’autres sports de raquettes qui étaient interdits de pratiquer leur sport, se sont mis au padel et n’ont jamais lâché. « 

L’organisation du Brussels Premier Padel, tournoi de 3e catégorie, sur le circuit professionnel permet de donner une réelle opportunité à Maxime Deloyer et Clément Geels grâce aux Wild Cards (les Wildcards sont des invitations pour les joueurs dont le classement n’est pas suffisamment élevé pour se qualifier automatiquement au tournoi). L’événement qui fêtait cette année sa troisième édition, a récemment été renouvelé pour trois supplémentaires, justifiées par un succès grandissant d’années en année.

L’investissement dans un tournoi de ce type, est un investissement à long terme dans le padel en lui-même qui permettra, selon Vincent Laureyssens, de faire naître des vocations et pourquoi pas, d’un jour, faire jeu égal avec les Espagnols. “ Eux ont commencé il y a 30 ans, nous il y a 5 ans donc il y a simplement une génération de retard et peut être que dans 20 ans on aura un champion belge mais il est encore dans le ventre de sa maman tout comme en Italie, au Danemark ou en Hollande, ça viendra… ”

Cette vision est partagée par Andrés García Armero, responsable du polysport chez Relevo “ C’est une évolution, dans 10 ans, quelques-uns des enfants qui sont dans les gradins du tournoi ou qui sont dans leur club à s’entraîner seront de grands joueurs. ”

Il souligne également la nécessité de moyens mais aussi de modèles. “ Les enfants ont besoin d’idoles qui les inspirent pour pouvoir évoluer et progresser, c’est ce qu’on voit dans tous les sports, pourquoi il y a tant de bons cyclistes en Belgique ? Parce que tout le monde regardait Merckx, puis Johan Museeuw et maintenant Wout Van Aert. C’est une inspiration continue et c’est ce qui va se passer au padel à partir du moment où sortira un leader, les autres suivront. ” Si la Belgique essaye de se développer en padel sur le modèle espagnol, l’Espagne se calque sur nous pour devenir une référence en cyclisme.

Le padel, avec son ascension fulgurante et sa capacité à réinventer l’infrastructure sportive traditionnelle, se profile désormais comme un concurrent sérieux au tennis aux autres sports. En tirant avantage de sa simplicité, il est en passe de redéfinir le paysage sportif européen, à l’image de ce qui s’est produit en Espagne il y a quelques décennies. L’augmentation exponentielle du nombre de clubs et de joueurs témoigne de son attrait croissant, non seulement parmi les amateurs mais aussi à un niveau professionnel. La Belgique, à travers des initiatives comme le Brussels Premier Padel, est bien positionnée pour capitaliser sur cette vague de popularité. L’avenir semble prometteur, avec la potentialité de voir émerger de nouveaux talents, qui pourraient un jour rivaliser sur la scène mondiale. Une simple question de temps et de génération.

Le Qatar élargit son terrain de jeu

Après avoir investi massivement dans le football européen, le Qatar devient un acteur clé dans le padel aujourd’hui. Le fonds Qatar Sports Investments (QSI) a en effet racheté en début de 2024 l’organisation Premier Padel, qui domine le padel mondial.

Nasser Al-Khelaïfi, président actuel du Paris-Saint-Germain et président du fonds d’investissement s’en est félicité. ” C’est un moment historique pour le padel. En tant que sport générant la croissance la plus rapide du secteur sportif mondial, QSI est fier d’être au cœur du développement et de la professionnalisation du padel dans le monde entier, en plaçant toujours les joueurs au centre de notre mission qui consiste à faire grandir ce sport en tous lieux. Nous sommes très enthousiastes à l’idée d’ouvrir ce nouveau chapitre. « 

The post La petite balle jaune change de camp appeared first on Mammouth Média.